Accueil Actualités Plan du site Contacts Recherche

 
 
Le centre
 

 
Dans la même rubrique

VOEUX de JAYA 2004
VOEUX de JAYA 2005
VOEUX de JAYA 2008
VOEUX de JAYA 2009
VOEUX de JAYA 2010
VOEUX de JAYA 2011
VOEUX de JAYA 2012
Le Yoga du Navire...
VOEUX de JAYA 2013
Dipavali, Nous soutiendrons les voûtes des...
Trayastrimśa, les trente trois cieux
VOEUX de JAYA 2014
Akṣarā
Le lent voyage...
VŒUX de JAYA 2015
Texte "Les Hamsa, dit-on..."
Texte "le Coeur du Yogi"
YOGI
"Que fais-tu là ?"
"Why are you here ?"
VŒUX de JAYA 2016
Râtrî
Sākṣi
Kali Yuga
VOEUX de JAYA 2017
Nadānta नदान्त

 

 

CENTRE JAYA

 
Jayate – Mṛtyave


 



Jayate – Mṛtyave [1]

Naît-et-meurt

Si tu n’es que Ceci, qui connaît sans connaître,
Qui ignore l’intime de l’état naturel,
Le chemin de tes pas guidera tes souillures,
Eteignant la possible mutation de la chair.
Tu demeures quelqu’un sur qui Mort a pouvoir,
Et ne comprends jamais quand l’illusion s’amuse,
Où puiser force et foi sous les feuilles d’automne.
Je t’invite à veiller au creux de ton sommeil,
Et comprendre pourquoi nous cherchons le palais.
De lui coule le sens de toutes pierreries.
Emettant le vibrant de chaque vibration,
Et devenant l’abstrait de l’acte dérisoire,
Toutes différences sont à jamais dissoutes.
C’est de ce bleu vainqueur au centre de ton front,
Que le grand savoir délivre quintessence.
Tes pieds doivent d’abord, pour cette prétention,
Devenir lumineux quand tu les visualises,
Laissant ainsi leurs traces aux aveugles de l’âme.
Tu es et tu n’es pas le monde et le monde l’ignore.
Quelle possible abondance souffle dans ta corne ?
Des objets inutiles ou des mots éphémères ?
Des adieux inconscients, des égoïstes gestes ?
Tu trouveras peut-être, si tu sais bien entendre
Dans la liquide écoute, le poids lourd du nectar.
Il te faudra d’abord déverrouiller les gonds
Qui figent tes ventricules à toute donation.
Nous pousserons alors, avec nos bras tendus
Et nos épaules meurtries d’avoir souvent chuté,
Les portes des galaxies qui dorment dans nos têtes.
Tu deviendras plus grand d’avoir su tout donner.
Oublie de ressembler et de chercher refuge :
tout commencement meurt de sa dissolution.
Elle mérite qu’on l’aime, avec sa tenue blanche,
La Prajñā [2] des anciens, la si particulière,
Qui fait périr les dieux quand ils s’exilent d’elle.
Elle mérite qu’on l’aime, avec sa tenue rouge,
La Shakti [3] des yoguins, la si luminaire,
Qui fait froncer leur front pour leur montrer la route.
Devenons leur amant ou bien leur maîtresse !
Trouvons près de leurs lits, la voie du non retour.

auteur
Jaya Yogacharya


©centre Jaya de Yoga Védanta

 


[1Titre : Jayate – Mṛtyave Naît - et - meurt
Sankrit : Jaya, victoire, naissance et Mṛtyu, la mort.

[2Prajñā, la sagesse orientale transcendantale

[3Shakti, l’énergie primordiale, le grand pouvoir de la tradition tantrique.

Get Adobe Flash player
 
 
FORUM DE L'ARTICLE

 
 
Articles connexes :

Kundalini
  Le Feu Sacrificiel....
  Le Yoga et la flèche du temps...
  Sri Kundalini...l’incandescente....
  "Le Sommet du Sommet"
  La pratique du Ravissement
  Êtes-vous prêt ?
  L’aptitude
  La colonne vertébrale, l’axe essentiel .
  Grandir
  Sur le chemin de l’illumination..
 
rouge
  Tarifs 2017
  Le Libre Amour
 


Accueil Actualités Plan du site Contacts Recherche



Copyright © CENTRE JAYA 2017
Réalisé avec SPIP
Centre Jaya 6 place de la liberté 97490 Sainte Clotilde
téléphone : 0262 73 04 00

facebook