Accueil Actualités Plan du site Contacts Recherche

 
 
Le centre
 

 
Dans la même rubrique

La paix intérieure
L’intuition silencieuse
Karma Yoga
Les premières étapes de Dhyana
La concentration
La conscience des strates
La pratique et les blocages - les Trois granthis (noeuds)
Dhriti , la patience ...
Trois catégories d’hommes ...
Les observances Morales ...
Spirituel ou religieux ?
Que sera demain ?
L’éveil de nos capacités latentes
L’ acceptation de Soi
"L’Oreille suprême"
L’Alchimie Intérieure
Le Délicat passage
Guide spirituel et aspirant
Non Réagir et Connaître !
Savoir, Silence et tranquillité de la vision...
Qu’est-ce que le Tanstrime ?
Le corps, ce grand mystique !
Pratique, Etude et Lâcher prise
Les nourritures physiques et mentales
Les pensées obstacles
Le Darshan, vision profonde et point de vue philosophique
"Le château de l’âme"
Méditations et Pouvoirs
Pratibha, la "faculté Illuminante"
Un mental rapide...
La Conscience spirituelle
Puissance vitale, Essence éternelle
Il est grand temps de lancer...
Deux choses à la fois...
Sri Kundalini...l’incandescente....
Le Feu Sacrificiel....
Le Nectar de l’Immortalité..
Sur le chemin de l’illumination..
Chrysalide
L’attente secrète...
"Les Hamsa, dit-on..."
Absolu et Conscience, le petit scarabée...
Fenêtre sur le Védanta
Fenêtre sur le Raja Yoga
Fenêtre sur le Hatha Yoga
"Le Sommet du Sommet"
A quoi rêvent-ils ?
Le coeur du yogi
Lumière et tradition ...le Dīpāvalī
La pratique du Ravissement
Le Yoga et la flèche du temps...
Le Libre Amour
Clés et transcendance
La maturité spirituelle
Vidéo : Jaya Yogacharya parle de Sri Sri Sri Satchidananda Yogi de Madras en présence du maître
Le subtil chemin
"Être sans âge"
Sommeil et Béatitude
Le mystère de la volonté
"Le monde est mon sentiment"
La peur de vivre
L’envol de Patamga
Le Fascinateur
L’opinion d’autrui
L’oeil de la Clairvoyance
"Tout a son heure et sa place désignée..."
Mâha Kâla, le temps transcendant
"Le souci de soi"
" Voir "
Le fil de Brahman
Êtes-vous prêt ?
C’est par là !
Savoir ou Sagesse ?
L’aptitude
L’impact du sacré
Le Rite Védique
Grandir
La liberté intérieure
Mille ans d’avance
Le Yoga de l’Inconcevable
La Belle des trois cités
Le processus du devenir
Le Nava Chakra : l’élaboration
Para Vâch, la parole sacrée
La Triplicité Fondamentale
Ambika, l’incompréhensible
Le souci authentique
Bindu, le point de transcendance
"L’irremplaçable espoir"
"Quel chercheur êtes-vous ?"
" Changez ! "
Le défi de Vérité
Les lois spirituelles - " le chemin "
Les Lois spirituelles - " la caravane "
Les Lois spirituelles - " le bivouac "
Les lois spirituelles - " le Lieu Saint "
Le langage des dieux
Paśyantī, le son de la pensée
L’art du pas
Le Silence
Les Certitudes
Mémoire et langage
Les mots éternels
Le chant mystique
Le Gāyatrī mantra
La mère des Vedas
Le don de la Déesse
Le carré magique
L’Oṃkāra ओंकार
Mensonge ou Vérité ?
Urgence
L’auto révélé
"Si loin, si près"
Le pañcākṣara
" Je suis l’Océan "

 

 

CENTRE JAYA

 
L’état de confiance


 

« L’état de confiance »

Conférence donnée par Jaya le 6 décembre 2013 en cours de méditation

L’état de confiance


L’homme d’aujourd’hui, malgré les législations qu’il a crées et censées le mettre en sécurité, est cependant et plus que jamais, abandonné à son propre sort.
Il ne doit toujours compter que sur ses propres forces pour vivre : force physique, force morale, force mentale.
Peu de gens dans nos sociétés nanties meurent encore de faim.
Pourtant, selon l’ONU, 842 millions de personnes sur 7 milliards 200000 à ce jour sur la planète, souffrent encore de faim chronique. Soit une personne sur neuf.


Un bref regard sur le monde à ce jour nous informe que :

  • environ 232 000 habitants sont en plus chaque jour sur la planète.
  • nous assistons à environ 402 000 naissances par jour dans le monde.
  • il y a environ 170 000 décès chaque jour sur Terre.
  • 28% de la population mondiale est âgée de moins de 15 ans et 8% ont 65 ans et plus.
  • 65 ans est l’espérance de vie moyenne actuelle dans le monde.
  • l’Inde dépassera la Chine comme première nation du monde d’ici 2030.

  • Il y a dans le monde 5 milliards d’abonnés au téléphone mobile, soit environ 72.7% des habitants 2010.
  • 30 % personnes gaspillent 90% des ressources naturelles et énergétiques.
  • nous sommes 2 milliards à avoir accès à internet 2011.
  • 20 % possèdent 80% des richesses et sont des hommes. 1% des femmes seulement possède sa propre terre.
  • 6 % de femmes subissent des viols.
  • etc., etc., etc.


Bien que l’homme se déclare civilisé, le constat actuel que nous pouvons faire sur son évolution, ne fait finalement que cimenter la détresse existentielle qui anime bien souvent chacun d’entre nous.
La grande disparité des comportements de ces 7 milliards de personnes peut faire froid dans le dos. Pourtant, cette communauté survit !
Toutefois, son degré de civilisation tel que le conçoit l’idéal spirituel, est loin d’être atteint.

Dans ce monde là, l’homme doit satisfaire ses désirs et combattre ses peurs.
Lieu est de constater que ces deux aspects peuvent varier considérablement d’un individu à l’autre, qu’il soit nanti ou en survie.

75 % de la population mondiale suit une religion et 30 % d’entre eux le font de manière forcée, dont 20 % ne la pratique pas et 5 % seraient prêts à mourir pour elle.
Mais la religion, si tentée soit-elle de donner une explication tangible du monde et des clés pour y survivre, a toutefois ses limites.

Le discours scientifique quant à lui se prévaut d’une objectivité qui ne rassure pas plus l’homme de la rue.

L’homme dans son animalité, fonctionne sur trois actions principales.
S’emparer de ce qu’il désire, fuir s’il y a danger et détruire l’ennemi.

Ces trois modes de fonctionnement sont étroitement liés à la dominance de l’égo et du mental. Ces pulsions très puissantes et souterraines sont les racines de comportements des plus grossiers et sauvages aux comportements les plus raffinés et intellectuels.
Lorsque l’individu entrevoit les valeurs spirituelles et le travail sur soi qu’elles exigent, il va pouvoir agir sur ces pulsions.
Comme le disait très justement une élève, en me parlant finalement de sa perception de notre enseignement au centre Jaya, le travail spirituel met le chercheur face à lui-même en le renvoyant à ses propres comportements. En effet, l’enseignement spirituel vous demandera en premier lieu un effort de vigilance et d’analyse.

Le simple fait d ’observer le souffle ou de vous relâcher musculairement sont les premières portes élémentaires à ouvrir.
Élémentaires et non moins faciles !

Pour la majorité des gens, il leur est très difficile d’être immobile lorsqu’ils veulent l’être, d’être silencieux lorsqu’ils veulent faire silence, et de se détendre lorsqu’ils en ont besoin.
Beaucoup de tensions diverses, d’émotions refoulées, beaucoup de craintes, de peurs, d’espoirs, d’attentes, d’illusions, d’ignorance, de chagrins, de tristesse, de fantasmes habitent les tréfonds de chacun d’entre nous et perturbent notre surface mentale.

De plus, la dimension physiologique renvoie elle aussi les émotions enfouies et anciennes, les traumatismes, l’usure de l’existence dans des manifestations pathologiques plus ou moins graves, mais parfois tout simplement par l’envie de bouger, des courbatures inhabituelles, une micro-activité physique perturbante dans la quête de l’immobilité et du repos.


"Pour pouvoir être passif, non-actif et silencieux, une certaine activité est nécessaire", nous dit A.Desjardins.
Qu’est-ce à-dire ?
Le relâchement musculaire est donc la première porte, car il nécessite de lâcher, d’abandonner quelque chose.
L’état de survie permanent dans lequel nous sommes, fait de nous des êtres en profonde tension intérieure, des êtres sur le "qui-vive".

Il y a dans nos jungles sociales, des petits rongeurs instinctifs mais il y a aussi de grands félins sans pitié.

Quel qu’il soit, proie ou prédateur, l’être est bien souvent en tension profonde.

Se détendre, lâcher, c’est accepter de ne plus prendre, de ne plus fuir et de ne plus détruire.

Relâcher musculairement, c’est lâcher l’enveloppe la plus accessible consciemment.
C’est permettre à votre être d’aller lâcher ensuite les tensions émotionnelles et mentales profondes dues à vos conditionnements passés et présents, dues à vos justifications d’être, basées sur une éducation, un vécu, des principes et des expériences.

Lâcher, c’est ouvrir en soi l’état de Confiance.

Nous sommes en permanence dans des obligations que nous nous imposons à nous-mêmes.
Je dois faire ceci, je ne dois pas faire cela. Nous sommes en permanence dans le devoir de l’action.
La foi, l’amour, la jouissance, la réalisation spirituelle, la réalisation de soi, sont les moyens de lâcher ce devoir, car ils apportent un fabuleux état de détente et de grâce.

Être relâché, c’est renoncer à être sur la défensive, c’est renoncer à agir.

Les mystiques chrétiens, les soufis, les hindous, parlent tous de la même chose.
Il ne s’agit pas de donner au terme « non-agir », l’aspect d’une passivité faible et désarmée, d’une paresse ou d’une fuite.

« Il s’agit d’être activement passif intérieurement et passivement actif extérieurement » déclare swami Prajnanpad.


Commençons par être activement passif intérieurement !
Pour être silencieux et non-actif, il nous faut faire un travail intérieur, à commencer par devenir attentif. Commander à mon bras de se contracter est plus facile que lui demander de se relâcher. La première commande relève presque d’un mouvement intuitif car l’énergie du « qui-vive » est toujours là. La deuxième procède d’une volonté plus subtile.

Pour qu’il y ait une détente profonde qui ne soit pas que musculaire, il vous faudra être profondément attentif, puis lâcher-prise en vous ouvrant. Abandonner les peurs de la séparation, des limitations, de la vulnérabilité afin d’être tout simplement.

Ouvert et là, présent, attentif et non-agissant.
C’est là le fondement de toutes les sciences spirituelles.
Ce subtil travail de lâcher-prise intérieur est la porte à toute connaissance.

Ce n’est qu’à ce stade là que commencera la disparition des tensions physiques, émotionnelles et mentales.

Être Vigilant mais sans agitation intérieure, ouvre la perception subtile à une force intérieure immense et disponible, qui sommeille en chacun de vous.

En allant au-delà de votre égo et en ne permettant plus à votre mental de surface d’agir, votre être profond s’exprime et avec lui la force de l’univers et de la conscience.

Le pouvoir de ce lâcher-prise intérieur, cultivé par une pratique permanente, peut devenir le meilleur moyen pour récupérer de vos découragements, fatigues et lassitudes.

Que veut dire à présent, être passivement actif à l’extérieur ?

Là encore, la notion de confiance intervient.

Dehors, la jungle est là. Dans cette jungle, nous avons à survivre sur deux plans.
Sauvegarder notre santé physique et mentale afin d’assurer notre survie et notre interaction avec ce monde, mais nous avons aussi à préserver l’être fondamental qui est en nous.

Nous agissons dans le monde par le biais de notre égo qui affirme et qui crée nos identifications.
L’égo ne connaît que lui. Il est toujours en action et c’est en lui que nous mettons notre confiance.
Nous le polissons pour qu’il brille, mais cette individualité nous sépare de la vraie luminosité. Cet égo, Ahamkara, ce mental, Manas, qui filtrent tout, entretiennent cette éternelle dualité que les sages combattent.
Qui dit dualité, dit deux choses séparées ; nous d’un côté et le monde de l’autre.
En étant passivement actifs à l’extérieur, c’est faire confiance à l’existence une bonne fois pour toute et laisser la conscience infinie se révéler dans toutes choses, dans ce qui vous arrive. Il n’est pas demandé de ne plus tendre vers un but, mais que ce but devienne élevé, essentiel, lumineux et confiant.
Si vous arrivez à maintenir ces deux attitudes intérieures et extérieures de façon harmonieuse, à savoir activement passif à l’intérieur et passivement actif à l’extérieur, alors vous installerez en vous une grande stabilité et un véritable apaisement.
Et là, la connaissance spirituelle pourra enfin œuvrer.

Silence et ouverture sont les principes fondamentaux de tout travail spirituel.

Dans cette fin d’année, où nous allons être submergés par une jungle bruyante et festive, à laquelle vous participerez - à vous - dans le jeu du monde, de vous habiller de la vraie luminosité, au-delà du strass et des étoiles en papier doré.
A vous, d’appliquer ces principes d’intériorité activement passive et d’extériorité passivement active !

Hari om tat Sat
Jaya Yogacharya


Bibliographie :
« Pour une vie réussie » d’Arnaud Desjardins aux edts « La table ronde.
« Le jeu de la conscience » de Swami Muktananda aux Edts Saraswati.
Commentaires et adaptation par Jaya Yogacharya

 

Get Adobe Flash player
 
 
FORUM DE L'ARTICLE

 
 
Articles connexes :

Voies philosophiques
  Brahman
  Introduction
  Introduction
  "Detached love"
  VOEUX de JAYA 2017
  Les Yoga Sutra - Sadhana Pada - 2ème chapitre - B
  Bibliographie pour les aspirants en spiritualité
  Dharma
  La pensée pénétrante...
  Qu’est ce qu’un muni ?
 
 


Accueil Actualités Plan du site Contacts Recherche



Copyright © CENTRE JAYA 2017
Réalisé avec SPIP
Centre Jaya 6 place de la liberté 97490 Sainte Clotilde
téléphone : 0262 73 04 00

facebook